dimanche 24 janvier 2016

CARMEN- STROMAE

CARMEN - STROMAE 

Source: Édouard Rioud :http://musique.ados.fr/news/stromae-clip-paroles-carmen_article7790.html
titre: on a décrypté le clip et les paroles de Carmen
Le dernier clip de Stromae est un véritable réquisitoire contre les réseaux sociaux en général et Twitter en particulier.
Sur la musique du "Carmen" de Serge Bizet,  il critique la vacuité de Twitter, qui prend de plus en plus de place dans nos vies et qui tend à résumer un individu au nombre de followers qu'il a. Au départ tout mignon, le petit oiseau bleu est attachant, mais il se nourri de votre vie. Il grossit au point de prendre une place de plus en plus importante, gênante.
Pour Stromae, les gens qui laissent Twitter prendre le contrôle de leur vie perdent leur liberté puisque le moindre mot  peut faire perdre des centaines de followers. Ils se sentent alors mal-aimés. Au final, ces gens-là essayent de plaire. Il ne s'expriment plus, ils se vendent ("Ah les amis, les potes ou les followers. Vous faites erreur, vous avez juste la cote"). La masse finit donc par dicter sa loi à l'individu.
Les réseaux sociaux, en connaissant toutes nos données personnelles, influent sur notre manière de manger, de s'habiller... ("Comme ça consomme" chante Stromae) et au lieu de rassembler, finissent par renfermer les gens sur eux-même ("On devient fêlé et on finit solo"). Ils digèrent nos personnalités pour recracher une pensée unique. On le voit dans le dernier plan du clip. Chaque individu avec son compte Twitter nourrit une bête immonde



Les paroles de "Carmen"
L'amour est comme l'oiseau de Twitter
On est bleu de lui, seulement pour 48 heures
D'abord on s'affilie, ensuite on se follow
On en devient fêlé, et on finit solo
Prends garde à toi
Et à tous ceux qui vous like
Les sourires en plastiques sont souvent des coups d’hashtag
Prends garde à toi
Ah les amis, les potes ou les followers
Vous faites erreur, vous avez juste la cote

[Refrain]
Prends garde à toi
Si tu t’aimes
Garde à moi
Si je m’aime
Garde à nous, garde à eux, garde à vous
Et puis chacun pour soi
Et c’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime, s’aime
Comme ça consomme, somme, somme, somme, somme
Et c’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime, s’aime
Comme ça consomme, somme, somme, somme, somme
Et c’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime, s’aime
Comme ça consomme, somme, somme, somme, somme
Et c’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime, s’aime
Comme ça consomme, somme, somme, somme, somme

L’amour est enfant de la consommation
Il voudra toujours toujours toujours plus de choix
Voulez voulez-vous des sentiments tombés du camion
L’offre et la demande pour unique et seule loi
Prends garde à toi
"Mais j’en connais déjà les dangers moi
J’ai gardé mon ticket et s’il le faut j’vais l’échanger moi
Prends garde à toi
Et s’il le faut j’irais m’venger moi
Cet oiseau d’malheur j’le mets en cage
J’le fait chanter moi"

[Refrain]

[Outro]
Un jour t’achètes, un jour tu aimes
Un jour tu jettes, mais un jour tu payes
Un jour tu verras, on s’aimera
Mais avant on crèvera tous, comme des rats

Aucun commentaire: